BOSTON BUN

REINVENTING ICONIC PARISIAN DANCE MUSIC FOR A GLOBAL AUDIENCE

Une mission d’un seul homme pour faire danser les gens.


En arrière au milieu des années 90, Français musique électro était en plein essor. Le premier album phare de Daft Punk, Homework, est sorti et a déclenché un regain d’intérêt pour les sons électroniques downtempo qui s’infiltrent de L’Hexagone. Le duo Versailles Air a sorti son single emblématique « Sexy Boy », et des groupes comme Cassius et Phoenix ont épaté les fans à travers l’Europe avec des spectacles hypnotiques. Lorsque Stardust a laissé tomber son banger house « Music Sounds Better With You » en 1998, il est devenu un succès mondial, et le mot était officiel: la France était l’avenir de la musique de danse.

Les graines semées à cette époque ont fait que la France est toujours restée à la pointe de la pop informatisée. Cette première vague a inspiré une deuxième génération dans les années 2000, dirigée par des personnes comme Busy P, Kavinsky, Mr Oizo, Para One et le regretté grand DJ Mehdi, ainsi que des maisons de disques comme Kitsune et Sound Pellegrino. C’est dans ce tourbillon de talent qu’un jeune beatmaker appelé Boston Bun est devenu artistiquement conscient.

Depuis 2012, Boston Bun (de son vrai nom Thibaud Noyer) a fait des vagues à travers la musique électronique pour sa marque vibrante et inventive de house et de techno. Il a maintenant signé chez Island Records et a fait des remixes pour des personnes comme Mark Ronson et Miley Cyrus. L’année dernière, il a sorti le titre énergique « Spread Love » sur Atlantic Records mettant en vedette le légendaire artiste Français DVNO, et il a explosé: recueillant 25 millions de flux combinés et comptant. « Je fais de la musique de danse, explique Noyer. « Les gens ont super peur de ce mot dans la musique, mais oui, c’est de la musique DANCE. Une musique qui fait danser les gens », rigole-t-il.

"J’ai grandi dans un petit village du Sud de la France – pas de club, pas de culture. » explique Noyer, alors que nous discutons dans la boîte de nuit parisienne Sacré. C’est le nouveau nom de la boîte de nuit autrefois emblématique Français Social Club, qui était à l’avant-garde de la fin des années 2000 Français boom électronique. C’est là que Noyer s’est fait les dents en tant que DJ lorsqu’il a déménagé à Paris, s’échauffant pour des stars comme Para One et voyant Solange se produire avec DJ Mehdi. C’est aussi là qu’il rencontre Busy P, commençant une amitié qui le verra laisser tomber de nombreux titres sur Ed Banger Records.

Mais enfant, son lien avec la musique était beaucoup plus limité. « La première fois que j’ai vu de la musique électronique, c’était à travers des vidéos musicales à la télévision tard dans la nuit », explique-t-il. « Des vidéos super bizarres des Chemical Brothers, Daft Punk, et plus encore. Je n’avais absolument aucune idée qu’il y avait ce genre de musique que vous pouviez entendre dans un club. Je pensais que c’était juste une chose bizarre qui se passait à la télévision. Plus tard, j’ai découvert que c’était pour faire danser les gens et j’ai adoré."

Noyer cite ses inspirations clés comme Armand Van Helden, Cassius et Basement Jaxx, mais l’inspiration est aussi imprévisible et fluide pour lui: elle peut venir de n’importe où. « Parfois, c’est juste une phrase, quelque chose dans un film, dans un livre, dans une exposition. » Plus récemment, il s’est inspiré de Londres, la ville où il a déménagé l’année dernière

.

"J’aime Paris, mais je me suis demandé: quelle est la prochaine étape? », explique Noyer. « J’ai besoin d’énergie dans ma vie : découvrir une nouvelle ville, de nouvelles personnes, de nouvelles scènes. Et j’ai toujours été obsédé par les actes britanniques dans la musique électronique, comme Chemical Bros, The Prodigy et Fatboy Slim. Londres est sur la carte depuis le premier jour. Vous pouvez lancer un bac ici et 10 DJs et producteurs incroyables sortiront. C’est incroyable de plonger en studio avec eux et de créer de nouveaux sons. C’était vraiment un bon choix pour déménager."

En ce moment, Noyer se concentre sur la nouvelle musique alors qu’il est sur le point de sortir son prochain single, Don’t Wanna Dance. En dehors de cela, il s’est concentré sur son label, Circa 99, qu’il a apporté à Londres avec lui. Maintenant sur sa septième sortie, le label a été une expérience réussie à travers laquelle il fait la promotion de la musique de danse de catégorie A créée par ses amis et sa famille. « Maintenant, nous avons même des soirées merch et club », sourit-il.

Merch est quelque chose qui l’intéresse, la mode pour être plus spécifique. Son amour pour New Era provient du fait que la marque peut être adaptée par n’importe quel genre de musique et toujours travailler; il est porté par tout le monde, des fans de jazz aux fans de rap en passant par les DJ. « Il correspond à n’importe quelle identité », dit-il. La mode, estime-t-il, est importante parce qu’elle est toujours en mutation et en transformation.

"Je me souviens quand j’étais enfant, vous vous habilliez d’une certaine manière si vous étiez dans le rap, le métal ou le rock », conclut-il. « Mais maintenant, les styles sont presque infinis. Parfois, une nouvelle niche apparaît pendant un an ou deux, puis disparaît totalement. C’est incroyable d’être témoin parce que vous ne pouvez jamais le voir venir. C’est pourquoi j’aime la mode : c’est une évolution naturelle

.
  • Boston Bun à Boston Red Sox Hoodie
  • Boston Bun
  • Boston Bun à Boston Red Sox 9TWENTY